fontsmaller
fontbigger
printer

Itinéraire du patrimoine industriel - Cimetière des japonais


C’est à bord du Hiroshima Maru que 599 travailleurs débarquent à Thio le 25 janvier 1892.

En Nouvelle-Calédonie, le nickel, découvert en 1864, génère une importante activité minière à partir de 1873 et un fort besoin en main d’oeuvre. Le travail sur mine concerne d’abord les autochtones C’est à bord du Hiroshima Maru, que 599 travailleurs, un surveillant général, un médecin et trois interprètes débarquent à Thio le 25 janvier 1892. Puis les Mélanésiens des îles voisines ainsi que quelques Chinois arrivés en 1884 et enfin les transportés du bagne dans le cadre des « contrats de chair humaine ». La société Le Nickel, principal exploitant des mines de Thio, s’intéresse alors à la main d’oeuvre asiatique pour recruter des ouvriers sur mine. Suite à un premier refus du ministre des affaires étrangères du Japon, Aoki Shûzô en mai 1890, la société Le Nickel renouvelle sa demande, un an plus tard, auprès du nouveau ministre Enomoto Takeaki, en proposant des contrats plus avantageux pour les futurs émigrés. Grâce à d’âpres négociations, un accord est conclu en novembre 1891, obligeant notamment la société Le Nickel à ne traiter que par l’intermédiaire de la société japonaise, Yoshisa, qui se constitue pour recruter les travailleurs japonais.

Rapidement, les ouvriers se révoltent et déposent des plaintes relatives à leurs conditions de travail et à leur traitement. Le gouvernement impérial du Japon intervient et exige alors que ses ressortissants soient traités comme des travailleurs libres, à pied d’égalité avec les travailleurs européens. Ainsi, à partir de 1900, les émigrants japonais sont soumis à la juridiction du consulat nippon avec la liberté d’établissement et de circulation. En outre, leur contrat comporte dès 1892 des clauses relatives au salaire, aux soins médicaux, à la nourriture exclusivement japonaise notamment, et ne cesse d’évoluer en leur faveur.
De 1892 jusqu’au dernier convoi de 1919, 5 575 Japonais sous contrat débarquent en Nouvelle-Calédonie. En 1918, ils seraient près de 2 500 à s’être établis à la fin de leur contrat sur l’ensemble de la Grande Terre.
En décembre 1941, l’attaque de Pearl Harbor précipite le Pacifique dans la Seconde Guerre mondiale. En Nouvelle-Calédonie, les ressortissants japonais et français d’origine japonaise sont alors soupçonnés d’espionnage. Ils sont enfermés à Nouville et leurs biens mis sous séquestre avant d’être transférés vers l’Australie puis rapatriés au Japon à la fin de la guerre. Très peu reviendront en Nouvelle-Calédonie.

Classé au titre des monuments historiques par arrêté n° 805-2013/ARR/DC en date du 11 avril 2013

Crédit photos récentes : L.Talbi

Texte : L.Talbi

ITIINDUS_001
INFOS PRATIQUES PHOTOS ASSOCIÉES
Commune :
Thio

--aucun--

DERNIÈRE MINUTE >
Exposition « Aurore » de l’artiste plasticienne Miriam Schwamm
Le château Hagen accueille l’exposition « Aurore » de Miriam Schwamm du 25 mars au 16 avril 2017. Miriam Schwamm, artiste plasticienne a plusieurs cordes à son arc : elle réalise de nombreuses expositions en Nouvelle-Calédonie (Nouméa, Mont-Dore), également en Australie (Perth, Melbourne et Brisbane) et en Allemagne (Munich, Francfort), pays dont elle est originaire. Elle participe à des expositions collectives avec d’autres
Culture
du sam. 25 Mars au dim. 16 Avril
Toutes les informations fournies dans la présente fiche, le sont à titre indicatif. Par conséquent, ces informations ne peuvent en aucun cas être considérées comme une offre contractuelle de services ou de produits et se substituer à la réglementation en vigueur.

PROVINCE SUD

Horaires : 7 h 00 – 18 h 00
Standard tous services  
Tél . 20 30 40 - Fax 27 49 00
Nous contacter

Province Sud
9, ROUTE DES ARTIFICES - BAIE DE LA MOSELLE
BP L1 • 98849 NOUMÉA • NOUVELLE-CALÉDONIE
INFORMATIONS PRATIQUES
abonnement
> Je souhaite m'abonner à ALERTE EVENEMENTS